Mon humeur musicale du moment :
"When the lights go down"
Prince (1999)
  

lundi 16 août 2010

Bashung, si tu me quittes...



Je ne sais pas comment commencer pour raconter ce qui me lie à Bashung... Commencer par la découverte de "Gaby, qu'est bien plus belle que Mauricette" ou par "Vertiges de l'amour" au début des années 80 ?  
Beaucoup de souvenirs de cette époque, oui, avec un peu plus tard, mes premiers chocs avec "Bijou, bijou" et "Toujours sur la ligne blanche", qui sont, à mon humble avis, les premiers chefs d’œuvre de Bashung. 
Mais la véritable révélation fut pour moi une petite phrase entendue dans "Camping jazz", dans l’album Passé le Rio Grande (1986). Cette petite phrase disait : "Si tu me quittes, est-ce que je peux venir aussi ?" 
Ces mots m’ont ébranlée et j’ai su à ce moment là que je suivrai Bashung jusqu’au bout du monde. J’ai attendu depuis ce jour là chaque concert où il passait près de chez moi et chaque nouvel album. J’ai suivi son parcours atypique et son évolution avec l’impression qu’il prenait chaque fois un autre chemin, une autre route que j’aimais emprunter.  
Et puis, il y a eu la dernière tournée, Bleu Pétrole, en 2008, magnifique et incroyable… et le 14 mars 2009 est arrivé… jamais la mort d’un artiste ne m’a à ce point touchée. Bashung me manque mais il nous a laissé une œuvre magistrale qui ne s’éteindra jamais, tout comme son étoile qui brille juste à côté de Vénus, première à éclairer la nuit...
Alors, revenons au présent un moment parce qu’il continue à se passer des choses dans le monde de Bashung… 

Tout d’abord, une série d’émissions des radios francophones publiques produites et réalisées par Gérard Suter et David Golan que l’on peut écouter tout l’été, le dimanche matin (de 9h à 10h sur la RSR La Première) ou en podcast. Ces émissions sont passionnantes, elles retracent toute sa carrière. On y entend parler Bashung (et c’est très émouvant), sa famille, son fils Arthur, ses musiciens, ses paroliers, les gens qui ont travaillé avec lui et son ami et complice de toujours, "l’alchimiste" Jean Fauque.
http://www.rts.ch/la-1ere/dossiers/alain-bashung-de-l-aube-a-l-aube/

Et puis, le festival Label Suisse consacre deux soirées hommage à Bashung : le 17 septembre à la Salle Métropole à Lausanne et le 25 septembre à l’Usine à Gaz de Nyon.
Jean Fauque, Boris Bergmann et Rodolphe Burger seront présents ainsi que des artistes suisses et ils vont tous interpréter du Bashung. A suivre…
http://www.labelsuisse.ch/?page_id=202#_301_0_1
(cliquer sur "vendredi", "Radio Paradiso / Alain Bashung", puis sur "Revoir le concert")

"Bijou, bijou, te réveille pas surtout
J'vais pas faire de bruit, juste un café et c'est tout"

5 commentaires:

Caroline82 a dit…

Salut Pao,
Je viens de t'écrire un long message et tout s'est effacé...Bref, je voulais juste te féliciter pour ton blog et te dire que j'aimais beaucoup ta façon d'écrire et de décrire toutes les émotions que tu ressens à l'écoute de la musique. Ton post sur Bashung et ta Lola sont très émouvants. Ici au travail, tout le monde a convenu que l'émission sur Bashung de la RSR est extrêmement bien faite, parole d'experts.
J'espère que l'on se verra bientôt autour d'un verre ou d'un repas afin de vous montrer nos photos de Chine, si cela t'intéresse.
Je t'embrasse!
Caroline

Pao a dit…

Salut Caroline,
Merci beaucoup pour ton message... Poser des mots sur ce que je ressens et pouvoir les partager, j'aime bien ça.
Volontiers pour voir les photos de Chine et pour goûter à un verre de Pearl Tea, mais pas de brochettes de scorpions, please !!!
bisous

Corinne a dit…

Tes mots sonnent juste et fort Pao, et ils me rappellent ce premier texte de toi, après le concert de juillet 2008 à Paléo, sur le forum Bashung. Par miracle, tu avais réussi à faire naître des étoiles sous la pluie diluvienne qui tombait sur le festival ce soir là, et je m'étais dit alors que ce "Pao" était vraiment un sacré conteur, que j'aimerais bien rencontrer. Quant à Bashung, il ne nous a pas vraiment quitté je crois, et il me semble à certains moments être plus présent encore dans nos vies et nos pensées que lorsqu'il disparaissait plusieurs années entre deux opus et deux tournées. Gros bisous ma belle (à toi et à ta petite planête bien sur...)

Moineau En France a dit…

je viens de trouver ton blog, hallelujah! cher pao, je suis si heureuse, et te lire c'est un miracle. j'aime ton cœur. je te dois d'autres videos du festival. ~laura xoxoxoxoxo

Pao a dit…

J'aime le tien aussi, chère Laura d'Oregon, merci pour ta visite dans mes petites notes...
bisous

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte ci-dessous
2) Dans "sélectionner le profil", cochez "Nom/URL"
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l’intitulé "Nom"(si vous avez un compte Google ou autre, cochez à cet endroit là et connectez-vous)
4) Cliquez sur "Publier un commentaire"

Et voilà, à vous maintenant !
Merci...